Celle que j’étais

Celle que j’étais

J’étais forte, j’étais fière et boute-en-train. Je fonçais droit devant, la tête bien droite. J’avais le cœur rempli de rêves, les yeux remplis d’étoiles et la tête remplie d’ambition. J’étais, surtout, convaincue qu’il y a du bon en chacun de nous.

Puis, nous nous sommes rencontrés. Ce soir-là, je me sentais particulièrement bien. Nous nous sommes revus quelques fois. J’ai appris à te connaître. Derrière ton physique de «bad boy» se cachait un sensible, un homme qui a fait des erreurs par le passé, mais qui veut à présent se construire une vie saine et stable. J’avais choisi de te faire confiance. Notre histoire aurait une heureuse issue, c’était ta promesse.

Subtilement, tu as tissé ta toile. Ma vie sociale, tu en avais désormais le contrôle, mes amis étant les tiens, sans même que je m’en rende compte. Les choses ont déboulé; peu à peu, ton comportement n’était plus le même. Je t’ai découvert un côté plus impulsif. Tu m’as aspirée dans un tourbillon; un enchaînement d’événements dépourvus de sens, de gestes dépourvus d’amour. J’étais pleine de doutes, mais aussi pleine d’espoir. Tout allait se replacer, tout allait redevenir aussi prometteur qu’avant. J’avais trop à perdre. Tu as réussis à me figer sur place, à m’enlever toute ma «drive» et toute ma force de caractère.

Les petites attentions ont laissé leur place aux excès de colère. L’affection a laissé sa place aux ecchymoses. Tu m’as tout pris; ma dignité, mon argent, ma confiance, et tellement plus.
Un jour je suis redevenue lucide, et j’ai voulu que ça se termine. Tu en avais décidé autrement. Je voulais partir, mais tu t’es mis au travers de mon chemin. Ce qui s’y est passé ne s’explique pas, ne se nomme pas. En moins de deux, je me suis retrouvée au poste de police. Puis la plainte est tombée; vol et séquestration. Sauf que derrière ces deux mots se cachent tellement plus de choses…

Tu as fait ton temps, tu as payé ta dette. Sauf que moi je paye encore. Je paye chaque fois que je réalise que je surveille des yeux que tu n’es pas autour lorsque je suis dans une foule, ou en voiture. Je paye chaque fois que je pense à ma fille qui sera un jour en couple et que je n’ai aucune idée comment je vais bien pouvoir gérer ça. Je paye chaque fois que j’ai peur. Sauf que la plupart du temps, pour moi tu n’existes plus.

J’ai fait mon chemin. Aujourd’hui, je me suis relevée, j’ai foncé en l’honneur de celle que j’étais. Aujourd’hui, la vie m’a fait cadeau d’un homme absolument merveilleux. Aujourd’hui, je regarde les yeux de mes enfants et je suis fière. Aujourd’hui, je peux affirmer que c’est moi qui est ressortie gagnante. Aujourd’hui, je ne suis plus celle que j’étais, mais une version améliorée. Aujourd’hui, j’ai le cœur rempli d’amour et les étoiles sont revenues à leur place, dans mes yeux…

Anonyme

 

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.