Et si …

Et si …

Dans une semaine exactement, ça fera 12 ans que tu es parti, mon très cher ami. Douze longues années sans toi. On va se l’avouer, personne ne m’avait préparée à perdre mon meilleur ami à 16 ans. Je me souviens encore du moment où j’ai su que tu nous avais trop rapidement quittés. Je me souviens que mon cœur s’est arrêté… trop longtemps. Mon monde a cessé de tourner pendant plusieurs mois… en fait, des années. Je me souviens que toute ma vie a perdu tout son sens et que tout est devenu vide et froid. Je t’épargnerai les détails de ma descente aux enfers. Du moins, je crois sincèrement que tu l’as vu d’où tu es. C’est ton absence qui m’a amenée aussi loin.

J’étais terrifiée… j’avais si peur de t’oublier. Malheureusement, le temps a fait son œuvre : j’ai oublié des choses que je croyais impossibles à oublier. Ça s’est fait petit à petit, sournoisement. J’ai oublié ta voix, ton odeur, ton rire, ton numéro de cellulaire que j’ai composé un nombre incalculable de fois. Et puis, ton visage est devenu flou dans mon esprit. Moi qui m’étais promis que tout ça serait gravé dans ma mémoire à tout jamais. Je retiens de toutes mes forces les souvenirs qui me restent de toi, refusant de les laisser partir pour quelque raison que ce soit.

Des années plus tard, mon vieil ami, je me surprends encore à penser à toi, un peu moins souvent, mais assez souvent pour me permettre de rêvasser.
Et si tu étais toujours là ?
Si tu n’étais jamais parti ?
Est-ce que tu serais toujours près de moi?
Est-ce que nos chemins se seraient séparés avec le temps ?
Est-ce qu’on serait encore aussi complices ?
Est-ce que tu serais plus qu’un ami ?
Est-ce que tu serais devenu un étranger ?
Est-ce que tu serais là pour mes enfants ?




Je dois t’avouer, quand je les regarde, j’aimerais ça que tu sois là auprès d’eux. J’aimerais que tu sois fier d’eux et que tu sois là pour eux à chacun des moments importants de leur vie. Comme tu étais là, à mes côtés, à chaque moment. J’aurais aimé que tu sois là pour m’écouter, comme tu l’as toujours fait. J’aurais tellement de choses à te dire.

J’ai eu beaucoup de regrets après ton départ. Tellement que j’ai perdu le souffle durant longtemps. Mon ami, tu me manques toujours autant. Cependant, aujourd’hui, quand je pense à toi, je ne vois plus seulement du noir. J’y vois aussi de la couleur. Ton passage trop court dans ma vie m’a fait grandir intérieurement, tu m’as appris beaucoup de choses que j’espère de tout cœur pouvoir apprendre à mes enfants pour que je puisse, d’une certaine façon, leur donner un peu de toi.

Mon bel ami, sache que je t’aime et que je t’aimerai toujours, même quand ma mémoire fera tellement défaut que j’oublierai ce qui me reste de toi.

Share

Profession : dispatch de production Super skillz : faire des miracles avec ce qui reste dans le frigo Addiction : les jujubes Escouade : un pré-ado de 3 ans, une 10 mois anti-dodo, un barbu, 2 chiens en surpoids et une gang de poules ! Armes : mon décompte de 1 à 5 Humour : un mélange de sarcasme et de jokes de gars.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.