La culpabilité de la maternité

La culpabilité de la maternité

Des livres, des films, des idéologies, voilà ce que nous retrouvons dans le rayon de la maternité. De belles images, une représentation qui n’est pas la réalité. Depuis toujours, je me souviens avoir voulu une famille, des enfants. J’ai tellement cliqué sur le film Moins cher la Douzaine. La belle grosse famille, de l’amour, même avec douze enfants ça a l’air facile quand tu regardes ça. J’en voulais autant, c’était mon rêve! Du plus loin que je me souvienne, la seule chose concrète dont j’étais sûre et certaine, c’était que je voulais devenir Maman. Pourquoi? Parce que c’est beau, ils vont à l’école, tu travailles, le souper autour de la table, les devoirs et le dodo. Une routine simple et idéalisée! Ce n’est pas ça, être Maman!

Les couches, les pleurs, le manque de sommeil, les horaires de fou, la garderie, le travail, l’organisation, les rendez-vous, etc. J’ai frappé un mur, un énorme mur! Après ma césarienne, j’ai décidé que c’était fini, ma fille serait enfant unique! Je suis passée de douze à une! Méchant changement! Je ne voulais plus revivre ça, les contractions, les poussées, la césarienne, l’épuisement, mais surtout, le jugement. C’est fou à quel point les femmes sont bonnes là-dedans! L’allaitement, le cododo, les biberons, la garderie, les purées, la DME et bien plus. Grâce à ces jugements et ces idéologies, je me suis sentie tellement coupable, je me sens coupable!




Durant 1 mois, je n’ai pas pris ma fille, c’est Papa qui faisait tout, je restais là, près d’eux, mais tellement loin à la fois. J’étais incapable de me dire que j’étais maintenant une mère, qu’elle m’aimait ou pire, que je l’aimais. Puis un jour, mon conjoint devait se rendre à son émission de radio. J’ai stressé, je pleurais avec elle, je ne voulais pas rester avec elle. Quelques jours plus tard, j’ai paniqué, je voulais partir, je ne la voulais pas, s’il partait travailler, je ne sais pas où je serais. Ma vie venait de changer à jamais, je ne voulais pas, je ne le réalisais pas. Durant un court instant, ma fille a étendu son océan bleuté dans le sable brunâtre. Un contact venait de se créer : l’amour.

À partir de ce moment et jusqu’à maintenant, je combats, je ne veux plus que ma tête, ma culpabilité l’emportent. J’accepte d’avoir été épuisée, d’avoir douté, mais surtout, j’accepte que ce ne sera pas toujours facile, mais que ma fille et moi formons une belle équipe. Cette culpabilité que la maternité emmène, elle ne devrait pas exister! Nous devons arrêter de juger, d’idéaliser et de nous créer de belles images. C’est normal d’être épuisée, de douter, de demander de l’aide. Il faut accepter notre nouveau statut, celui de mère.

Share

Profession : Là où la vie me veut et Maman Heureuse. Super Skillz : La chaleur et le sommeil! Je suis un Ninja! Addiction : Acheter beaucoup trop de vêtements à ma princesse, la boisson gazeuse et le chocolat!!! Escouade : Un chaton tout vieux, un copain tout jeune, une brioche tout juste sortie du four. Un ange au ciel! Arme : Le chantage et les chatouilles, mon chum en vire fou! Pouvoir magique : Endormir mon enfant et oublier tout ce qu’on me dit, tout ce qui a à faire! Humour : Pas toujours drôle! Sarcasme et ironie!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.