La deuxième nuit de bébé

La deuxième nuit de bébé

La fameuse deuxième nuit à l’hôpital!  Tu n’en as pas entendu parler? Tu vas tripper solide tu vas voir.

Tu flattes ta première bedaine, mais tu ignores tout de cette deuxième nuit? Attends-toi au pire! Comme ça tu ne seras pas déçue! T’sais rester éveillée parce que ton bébé n’est bien nulle part et que tout ce qu’il veut c’est pleurer toutes les larmes de son corps.

Le début de ta nouvelle vie de maman!

Les premières heures passées auprès de cet être seront idylliques ou presque… Les premiers regards, son petit nez, ses minis ongles, son odeur, sa première tétée, etc.

J’ai eu trois beaux enfants. Et trois deuxièmes nuits de «marde» à l’hôpital. À mon premier, personne ne m’avait parlé de la nuit de l’horreur.




Pour expliquer mes sanglots et ma non-compréhension de ce qui était en train de se passer avec ma petite bête, une infirmière en poste m’avait dit que mon bébé venait de réaliser qu’il avait quitté mon utérus. Sa façon de réagir était de pleurer, car il avait besoin de réconfort et de recréer la chaleur que mon intérieur lui avait procurée pendant les neufs derniers mois. Il venait de vivre quelque chose de difficile : sa naissance.

Quand elle est sortie de la chambre, mon chum s’est retourné vers moi avec le même air qui se trouvait sur mon visage. L’air de vouloir dire : « as-tu vraiment entendu la même chose que moi? » Je n’ai peut-être pas lu la bible sur les bébés, mais là il y a un bout! Il réalise qu’il a quitté mon utérus!

Une autre infirmière à qui j’ai raconté cette histoire m’a dit : « Mon dieu, c’est quoi elle se souvient quand elle est sortie du ventre de sa mère ou elle a fait une thèse sur le sujet? Ben non, il pleure parce qu’il pleure. Ça va passer! Elle est bien weird elle! » Tu dis?

J’ai tout de même pensé à une théorie non scientifique.

C’est peut-être parce qu’il a un surplus de liquide qu’il doit évacuer avant de rentrer à la maison! Ou encore il veut tester nos capacités parentales à entendre les pleurs d’un bébé.

Courage, elles ne seront pas toutes ainsi. On finit toujours par s’en remettre. La preuve, on recommence!

Share

Profession : Enseignante et mamanSuper Skillz : gérer 3 enfants de 3 ans 1/2 et moinsAddiction : le tapioca, les lunettes de soleil, les gougounes, stocker en cas de guerre nucléaire et les hibouxEscouade : homme, grand garçon, moyen garçon et petite princesse.Armes : sens développés (maman sait, voit et entend tout! :))Humour : au goût du jour

Comments

  1. Katryne Pilon Says: septembre 6, 2018 at 3:32

    Mon chum et moi avons vécu ça et nous avons appelé l’infirmière à bout de force et de ressources. Elle nous a dit  »Lui avez-vous donné de l’affection? ». Hahahaa elle est bonne celle-là!! Une chance qu’il n’y avait pas d’objet tranchant dans la salle!!!!!!

  2. Audrey dubois Says: septembre 7, 2018 at 11:24

    Mon garcon la première nuit à pleuré toute la nuit et les infirmières me disaient la deuxieme nuit cest le changement du méconium … je les regardaient et je leur disais:ok… mais il est né à 5am ce matin !!!!!! Elles passaient devant ma chambre sans meme me regarder meme si mon gars pleurait à s’époumoner

  3. J’ai eu 3 enfants et aucun des 3 a passé une 2e nuit difficile à pleurer sans arrêt. Par contre, je ne suis jamais restée 2 nuits de suite à l’hôpital. Après la première nuit, je demandais personnellement au pédiatre de pouvoir partir pour la maison avant le temps. C’est peut-être ça la solution. Être dans vos affaires le plus vite possible pour que bébé ressente le calme et non le stress de l’hôpital. Bonne chance à ceux à qui ça arrive, cela ne doit pas être évident du tout.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.