La solitude de la maternité

La solitude de la maternité

Ça n’a jamais été facile pour moi de créer de nouvelles amitiés. C’est encore plus vrai en vieillissant. Petite, c’était quand même juste de demander : « veux-tu jouer avec moi, veux-tu être mon amie? » Et puis, ça dure ou pas.

Parce que j’ai aussi de la difficulté à les conserver. Le peu d’amitiés qu’il me reste, ce sont des endurcis qui connaissent ma personnalité réservée depuis longtemps et savent que mes silences ne doivent pas être interprétés comme un manque d’intérêt. Je peux les voir une ou deux fois par année et j’aurai toujours l’impression que c’était hier la dernière fois.

On m’avait prévenue qu’avec le congé de maternité, je me sentirais isolée, à passer mes journées à parler à un petit être qui ne peut me répondre que par pleurs ou gazouillis et que je me jetterais sur mon amoureux, dès qu’il arriverait, pour lui vomir toutes les pensées qui me sont passées par l’esprit durant son absence.




Alors que pour certaines, la grossesse et la maternité sont de nouvelles opportunités d’amitiés, pour moi c’était l’occasion d’en perdre de vue. Pourquoi alors n’ai-je pas rencontré d’autres mères pour briser l’isolement? J’ai peur du jugement, qu’on ne m’aime pas, car je sais que je suis difficile d’approche. Oui, je suis souriante, je peux briser la glace avec des inconnus, faire du small talk gentil et courtois, placer des blagues ici et là. Mais laisser les autres me connaître, me comprendre profondément, ce n’est pas aisé.

Aussi, j’ai peur de n’avoir rien d’autre en commun que la maternité. J’étais une femme avec des intérêts et opinions bien avant d’être mère et ça, ce n’est pas disparu après l’accouchement. Je ne rencontrerais pas quelqu’un seulement pour pouvoir discuter de nos enfants, ou que ceux-ci puissent s’amuser ensemble, même si c’est certainement commode. Je veux pouvoir dire quand ça va, mais surtout quand ça ne va pas. Je sais que ce genre d’intimité-là ne se construit pas du jour au lendemain et nécessite beaucoup de confiance. Je n’accorde plus la mienne si facilement.

La solitude pèse parfois, même lorsque je suis 24/24 avec mon fils (et que ce n’est pas sa faute si je me sens comme ça!). Heureusement, je peux compter sur ma famille et ma poignée d’amis proches souvent loin des yeux, mais toujours dans mon cœur. Un jour, j’espère, je vais m’ouvrir aux autres à nouveau. Oui on parlera de nos enfants, mais aussi des films que nous avons vus, des lectures qui nous ont marquées, des causes qui nous tiennent à cœur, de ce qui nous anime. Et je croirai à nouveau qu’il soit possible de se créer de nouvelles amitiés sincères et profondes.

 

Share

Profession : Maman, adjointe administrative, naturopathe et accompagnante à la naissance Super Skillz : les listes (avec une mémoire de poisson rouge en brique, pas le choix!). Je suis aussi multitâches, par exemple tirer mon lait, tout en faisant boire mon fils à la bouteille et pitonner sur mon téléphone #mamanpieuvre Addiction : mon fils, les produits et vêtements pour bébé, le chocolat, les fruits de mer, le fromage... beaucoup de vices! Escouade : un Babou (fils) et un Boubou (amoureux) Armes : le pouvoir des mots (évocation, persuasion, évasion, catharsis, etc.) et le pouvoir des plantes (il y a un remède pour presque tout!) Humour : Absurde et/ou sarcastique

Comments

  1. Laurence Says: juin 4, 2018 at 4:05

    C’est la première fois de ma vie que je commente un texte sur Internet. Je ne commente même pas sûr Facebook, mais je m’identifie beaucoup à ton texte. Je suis maman de 2 petites filles (2 ans et 4 ans). Je suis super sympathique, mais difficile d’approche. Je ne sais pas trop comment aborder les autres mamans au parc, et elles non plus. J’ai pas le gros sourire dans face mettons. Des fois, j’ai plus l’impression qu’on se jugent… Ma plus vieille a un retard de développement, donc je me sens parfois mal à l’aise par rapport aux autres. J’ai mes amies d’université, mais elles ont tous leur grande carrière, pas d’enfant. C’est rassurant de savoir que je ne suis pas la seule.

  2. Véronique Says: juin 4, 2018 at 10:05

    JE TE COMPRENDS TELLEMENT! Je suis une fille assez extravertie et j’ai de la misère avec les autres parents. Je suis du type active et comique; j’ai pas peur d’aller jouer dans les jeux au parc avec ma fille sous les regards confus et reprobateur des autres mamans. Mes amis m’ont un peu lâcher à cause….je suis devenus maman et ils pensent que je n’est plus de temps pour eux(?). Une de mes amie pas encore maman ne comprends pas mes choix d’allaitement et me sugère d’abandonner. Bref je me sens hyper seule aussi et j’ai adoré ton post. C’est comme si tu lisais mes pensées. Reste forte maman! Tu trouvera cette maman qui te comprendra à la perfection près de chez toi.

  3. Marly Bah Says: juin 5, 2018 at 12:21

    Comme je me retrouve dans ce texte. J’ai jamais su aborder les gens et j’imagine que les gens aussi ne savent pas comment m’aborder, du coup je me retrouve seule. Mes amies sont loin, je suis nouvelle dans ce pays et ça me manque beaucoup d’avoir des gens avec qui pouvoir parler et être ami.

  4. Ma chère sista adoré. Je sais ce que tu ressens, et je crois que je t’en avais déjà parlé de sa aussi dans le temps. Je peux compter que sur 2 précieuses amies, même si vous êtes loin des yeux mais proche du coeur pour toujours. Je ne laisse pas aussi place a d’autres amitiés. J’avais déjà essayé mais on dirait que sa m’est difficile de trouver des amies comme vous deux (ou je peux être entièrement moi-même). Je t’adore n’oublie jamais. Notre amitié est comme du rock!!! 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.