Ce week-end, j’ai fait un voyage essentiel

Ce week-end, j’ai fait un voyage essentiel

Ce week-end, j’ai fait un voyage essentiel à l’extérieur de ma région : je suis allée voir mon grand-père.

Mon grand-père, il a 92 ans. Comme la majorité des gens de son âge, il a des troubles neuro cognitifs. Toutefois, il est assez en shape pour vivre de façon autonome en appartement. Par chance, ses enfants prennent soin de lui. Parce qu’il a beau être en shape, il a aussi des troubles neuro cognitifs.

Ça faisait longtemps (trop) qu’on ne s’était pas vu, mais on se jase une fois de temps en temps au téléphone. Il est toujours très heureux de mes appels, comme s’il venait de remporter le gros lot.

Ce week-end, j’ai fait un voyage essentiel à l’extérieur de ma région, je suis allée voir mon grand-père.

Quand il est arrivé, j’ai vu le doute dans ses yeux. Celui que je vois trop souvent dans le regard des personnes âgées que je croise au CHSLD. Le regard des tiroirs de la mémoire un peu rouillés qui cherchent. J’en n’ai pas fait de cas, c’est sûrement moi qui analyse trop, encore.

Alors qu’on discutait à table, il m’a regardée poliment et m’a dit: « Je suis désolé, mais je ne me rappelle plus de ton nom.» Je lui ai rappelé doucement que je m’appelais Josée et on a rigolé du fait que tout le monde dans cette famille avait de la difficulté avec les noms.

Alors qu’on se remémorait des souvenirs sur la galerie dehors, il m’a regardée étonné et m’a dit: « Tu connais Yoyo?!?! » Je lui ai expliqué tendrement qu’elle était ma grand-mère, qu’il était donc mon grand-père et que sa fille était ma mère et non ma tante. On a continué à se raconter des souvenirs en riant.

Ce week-end, j’ai fait un voyage essentiel à l’extérieur de ma région, je suis allée voir mon grand-père.

Mon voyage était essentiel parce que mon grand-père, à cause du confinement et du changement de routine drastique, a perdu des capacités cognitives. Probablement que mon voyage aura permis d’huiler quelques morceaux de ses tiroirs de la mémoire. Peut-être que non, c’est probablement encore moi qui suis trop optimiste.

Je ne suis d’ailleurs pas certaine qu’il m’ait complètement replacée dans son univers avant son départ, mais c’est pas grave. Mon voyage était essentiel.

Il était essentiel parce qu’il m’a aussi rappelé que la vie est fragile, même quand ton test est négatif.

Je t’aime grand-papa même si tu oublies que tu m’oublies

 

Josée Levesque

 

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.