Ma petite maman, voici ma lettre de suicide

Ma petite maman, voici ma lettre de suicide

Ma petite maman, sèche tes larmes.

Ma petite maman, ne sois pas triste, je ne le suis plus maintenant. J’ai eu la chance de voir beaucoup de choses. Je me rappelle les belles soirées d’été, je comptais les étoiles avec toi. À présent, je peux leur raconter mes secrets. Regarde au ciel. Celle qui brillera plus fort, ce sera moi, pour adoucir ton cœur.

Ma petite maman, ne t’inquiète pas. Ici, personne ne peut me faire de mal, ni en-dedans ni en-dehors. Je peux fermer les yeux et faire de beaux rêves. Je me remets à rire et je souffle un peu. Je n’ai plus peur.

Ma petite maman, ne t’en veux pas. Ce n’est pas toi, ce n’est pas papa. Ce n’est personne et un peu tout le monde. Au plus profond de moi, il n’y avait pas grande chose. Rien d’assez fort pour me protéger, rien d’assez fort pour continuer. J’avais un bon boulot, une famille et 2-3 amies. J’avais une maison, un chien, de bons voisins et des projets. Ce n’est pas ce que j’avais qui faisait mal, c’est ce qui manquait. Ce que l’on m’enlevait jour après jour. C’est tout le mal qui ne parait pas, celui que les gens se tuent à faire, je ne sais pas pourquoi.

Ma petite maman, rends-moi service. Explique aux gens le poids des mots, le poids des gestes. Rappelle aux gens l’importance de la douceur, de la patience et de la présence. Rappelle-leur que les opinions sont nombreuses et qu’aucune n’est gagnante. Qu’on doit traiter les autres comme l’on aimerait être traité! Que chaque petite égratignure s’accumule et qu’elles finissent par tout briser.

Ma petite maman, construis un monde meilleur. Plus d’acceptation, moins de jugements. C’est terrible ce qui se passe présentement. Les gens concentrés sur eux-mêmes, sans réfléchir aux autres. Ceux qui écrasent tout pour parvenir à leurs fins. Ceux qui blessent pour blesser. Bâtis un monde de reconnaissance, de pardon, d’empathie. Mets des confettis partout, des sourires gratuits et des gazouillis d’oiseaux.

Ma petite maman, relève-toi. Sois fière de nos belles années et s’il te plaît, laisse-moi m’envoler. Je suis fatiguée, je vais dormir. Continue d’être parfaitement imparfaite et de me chanter une chanson avant de t’endormir.

Ma petite maman, je t’aime.

Avant de te rendre jusqu’à écrire cette lettre, appelle… 1-866-APPELLE

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.