La fois où mon instinct maternel a kické les autres hypothèses.

La fois où mon instinct maternel a kické les autres hypothèses.

La fois où mon instinct maternel a kické les autres hypothèses.

Depuis ta naissance, fiston, les produits laitiers et toi c’était pas le meilleur team. Je le savais. Je le voyais non seulement dans ta couche mais aussi dans les nuits de merde que tu passais (et moi aussi par le fait même). J’ai donc coupé rapidement le lait de vache, les fromages et yogourts, les produits dérivés qui contenaient aussi des produits laitiers.

Au fil des mois j’ai reçu des questionnements, des commentaires, des jugements. Même le pédiatre me mettait hyper en doute et banalisait mon « diagnostique ». Comme tu avais grandi un peu, j’ai réintroduit tranquillement le lait de vache. Comme par magie, ton système digestif semblait bien le tolérer et tu allais top shape. Je n’étais comme pas à l’aise au fond de moi mais j’ai continué à t’en donner un peu. L’hiver est arrivé et tes dents se sont données la « touch » toute la saison pour sortir une après l’autre. Tu bavais comme un st-bernard, gros minimum. Des plaques sèches et légèrement rosées étaient apparues sur tes ptites bajoues. J’ai donc essayé toutes les crèmes de l’univers (ou presque, no joke).

Jusqu’à ce matin-là. Ce matin où j’ai vu ton visage enflé, si rouge, si bouffi, avec de minis plaies qui s’étaient formées durant la nuit. La veille tu avais particulièrement mangé PLUS de produits laitiers qu’à l’habitude (un shitload en bon jargon). J’ai donc analysé rapido et je me suis dite : « réaction allergique aux produits laitiers ».

Direction hôpital, les plaques descendaient dans ton petit cou. Tu n’avais pas de fièvre, tu ne toussais pas, mais tes plaques étaient bouillantes et empiraient d’heure en heure. J’ai tout raconté cela à l’infirmière en arrivant. Pis à l’autre. Et à l’autre. Je retournais demander si enfin, tu avais droit au bénadryl, tylenol, whatever ?! On m’a jasé alors de cinquième maladie, de roséole, de varicelle… Comme ton état était bon, que tu n’avais eu aucune fièvre, je doutais. Je répètais ma théorie. On m’a alors rit au visage. Je suis retournée à ma place dans la salle d’attente et j’ai pris des photos de ton visage qui empirait.

Au bout d’une heure, je les ai relancé avec mes photos de ton évolution. Tu en avais partout sur l’abdomen. On a donc eu notre tout rapidement avec un docteur.

Le médecin en trois minutes nous a prescrit une crème pour te soulager, mais aussi un antibio pour l’infection qui commencait dans tes petites joues mais surtout, il t’a donné du bénadryl et un rendez-vous avec l’allergologue.

Son hypothèse : Allergie aux produits laitiers. Tadam.

Nous sommes retournés à la maison pour nous reposer et te soigner mon amour. Maman se promet, pour toujours, de suivre son instinct et de ne plus JAMAIS en douter. Jamais. Le coeur d’une maman ressent parfois des choses qu’il ne faut pas négliger !

Faites-vous davantage confiance !

Share

Comments

  1. Ça m’est aussi arrivé quand mon coco avait 3 mois… Je savais que quelque chose n’allait pas et tout le monde (y compris mon çhum) me prenait pour une timbrée… Finalement, après quelques heures à l’urgence ( j’ai dû me battre aussi pour qu’ils lui donnent au moins du pedialite parce qu’il avait bu genre 3 onces dans sa journée (l’infirmière m’a dit que j’avais juste à aller en chercher à la pharmacie avant de venir, tsé j’m’en vais à l’urgence avec mon bébé j’ai comme pas juste ça à penser)) j’ai vu le médecin qui m’a presque renvoyée chez moi, mais « heureusement » il a fini par « ré » vomir son pedialite… Elle a décidé de le garder en observation… Le lendemain, écho de son tit-bedon, la masse était tellement grosse que la dame était même pas capable de la mesurer car elle dépassait l’écran des 2 côtés… On a été transféré au chus où il a été opéré d’urgence… 1 semaine à l’hôpital avec mon coco 24 sur 24 à dormir sur une chaise (bon elle était quand même confo) comme quoi les mamans ont TOUJOURS raison lol!

  2. Il n’y a rien comme l’instinct d’une maman …. j’ai 3 garçons et même si mon plus vieux est rendu à 16 ans je suis mon instinct et ça toujours été gagnant !!!!!!!!!

  3. Super ! Bravo d’avoir continuer ! J’ai aussi eu un doute similaire pour mon fils dès sa naissance et j’avais raison !

  4. Dominique Says: mars 7, 2017 at 2:01

    Ça m’est aussi arrivé lirsque mon petit binhomme avait 4 mois. Il était malade, toux, fièvre, mais son état dépérissait. Je me suis présentée 3 fois chez le pédiatre dans la même semaine jusqu’à ce qu’il m’envoie à l’hôpital presqu’en soupirant…. Bien, une chance que j’y suis allée puisque s’il n’avait pas été hospitalisé cette nuit là, il serait mort. Il a manqué d’air pendant la nuit, ses lèvres étaient bleues et les infirmières m’ont réveillé en panique pour que je tienne le tube d’oxygène devant son nez jusqu’à ce qu’une tente à oxygène arrive dans sa chambre. J’ai tellement eu peur. Il avait une bronchiolite et une double pneumonie.

  5. Maryse Says: mars 7, 2017 at 3:47

    Moi aussi, meme chose, première fois que j’ai donné des oeufs à mon fils il avait eu une poussée d’urticaire, j’avais dit à mon chum, je suis certaine qu’il est allergique. Il m’avait dit, arrête de capoter. Je me suis écoutér et le lendemain je voyais un allergologue en clinique privée et bingo, allergie très sévère au oeufs…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.