Quand la vie est plus difficile qu’on ne l’aurait cru…

Quand la vie est plus difficile qu’on ne l’aurait cru…

Parfois la vie nous réserve des surprises… parfois des bonnes, mais trop souvent des mauvaises. Et c’est quand on pense que tout va bien, malgré quelques petits accrochages, que la réalité nous saute au visage. Perdu dans la vie de famille et dans un couple monotone depuis plusieurs années, on se réveille un matin en se disant qu’on est trop jeune pour que notre vie ressemble à ça. Une énorme prise de conscience, que certaines n’auront peut-être jamais.

Ma psy appelle ça la crise de la quarantaine! Peu importe, ça frappe fort. Et là on remet tout en question… pourquoi est-ce que je répète les mêmes requêtes à mon cher amoureux depuis plusieurs années, sans résultats? Pourquoi est-ce que je suis toujours épuisée, pourquoi je n’ai aucune aide, et pourquoi j’ai l’impression de ne jamais avoir de temps pour moi, même pas aux toilettes? Certains diront que c’est ça, être une mère. Je suis d’accord que devenir maman, c’est se sacrifier soi-même pour le bonheur de ces petites bêtes-là, mais quand la maman ne se reconnait plus et que personne n’est là pour la supporter, elle fait quoi? Elle s’appuie sur qui? Et quand on consulte, on en parle, et que rien ne change… on fait quoi?

Pour ma part, après des mois de remises en question, de consultations, de dialogues, je suis partie… c’était la seule option possible dans ma tête pour me sortir de cette vie qui ne correspondait plus à mes besoins. Évidemment, ce fut un choc pour mon entourage au grand complet, incluant le principal intéressé qui partageait ma vie depuis plus d’une décennie. Il ne comprenait pas, mes signes n’avaient pas été assez évidents, je ne lui en avais pas assez parlé… pourtant, il me semblait que je n’avais fait que ça depuis les six derniers mois, parler! C’est moi qui étais à bout, démolie, et c’est moi qui me suis retrouvée blâmée. Et très honnêtement, et avec du recul, j’aurais dû agir plus tôt et quitter la maison avant d’en être rendue là, car il y aurait eu encore une possibilité de réconciliation, de retour en arrière.

Malheureusement, pour moi il était déjà trop tard. Alors, n’attendez pas d’être au bout du rouleau, prenez soin de votre couple, de votre partenaire, car quand celui-ci passe en dernier dans la longue liste des choses de la vie, on finit par s’éloigner, devenir indifférent et ne plus se préoccuper de son bonheur. Et alors là, malgré plein de bonne volonté, c’est la fin.

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.