Quand un enfant change une vie

Quand un enfant change une vie

Cela sonne comme une évidence. Bien sûr qu’un enfant, ça change une vie! Je le constate à chaque gorgée de café froid et à chaque hurlement nocturne pour un toutou perdu…

Mais pour plusieurs femmes, l’expression va encore plus loin. Je vous parle de ces femmes pour qui la maternité chamboule tellement les priorités qu’elle entraîne un changement de carrière radical, principalement de celles qui décident de tout lâcher pour devenir leur propre patronne. Bienvenue dans le monde des mamans travailleuses autonomes!

Et c’est le chemin que j’ai décidé d’emprunter après ma deuxième grossesse!

L’idée me trottait dans la tête depuis longtemps. L’impression d’avoir fait le tour dans mon emploi précédent me pesait depuis plusieurs années déjà et les possibilités d’avancement rimaient avec une diminution du temps passé avec ma marmaille. Non merci! De plus, je n’avais plus envie de débarquer à bout de souffle à la garderie après une course effrénée pour arriver à l’heure.

Mais je n’avais pas cette idée géniale de compagnie, ni un produit révolutionnaire à vendre. J’ai donc profité de mon congé de maternité pour me donner un défi : celui de m’ouvrir aux possibilités et de sortir de ma zone de confort.

Je me suis ainsi mise à participer à de nombreux petits projets ici et là. Avec Bébé sous le bras, je me déplaçais pour de petits contrats, parfois rémunérés, parfois bénévoles. Je ne refusais rien! L’essentiel était d’essayer des choses et de me mettre en danger.

Puis est arrivée l’occasion que j’attendais. Une « job » parfaite pour moi : une description de tâches des plus stimulantes, des « challenges », la possibilité d’acquérir une tonne de nouvelles connaissances et surtout, la possibilité de travailler principalement de la maison et de gérer mon temps comme bon me semble. Le rêve! Et du travail sur une base régulière… ce qui n’est pas toujours le cas lorsqu’on travaille à son compte.

Mais Cocotte était encore toute mini, seulement 5 mois… Je n’étais pas certaine d’être prête à travailler le jour et ne pas dormir la nuit. J’ai longuement pesé les pours et les contres. Est-ce que le jeu en vaudrait la chandelle? Est-ce que j’allais regretter de m’être privée de plusieurs mois précieux en tête-à-tête avec ma fille pour aller travailler? Mais mère heureuse = bébé heureux, qu’ils disent!

J’ai donc fait le grand saut! Un saut sans filet qui ne mettait pas en péril ma vie, mais bien notre sécurité financière. Car non, tout n’est pas toujours rose. Il faut parfois travailler des heures de fou pour compenser celles où il n’y a rien du tout! Et rien n’est jamais acquis. Mais pour l’instant, je préfère le stress des « bidous » au stress du 9 à 5… #libéréedélivrée

Au-delà de tout ça, la liberté que m’offre cette nouvelle vie est sans pareille. Règle générale, je me permets des petits matins relax avec mes mousses. Je peux également terminer plus tôt pour commencer le souper avant d’aller les chercher à la garderie. Bien que je doive souvent me remettre au boulot dès qu’ils sont dans les bras de Morphée, le temps passé avec eux est beaucoup plus calme et, nécessairement, de meilleure qualité.Et ça, ça n’a pas de prix!

À l’heure où la conciliation travail-famille est le plus gros défi des parents, mettons toutes les chances de notre côté pour nous faciliter la vie. Dans mon cas, c’est voler de mes propres ailes qui m’a permis d’y parvenir. Je ne serai jamais assez reconnaissante envers mes enfants de m’avoir donné le courage de changer cette facette de ma vie.

Joëlle

Share

Profession : Maman / Décoratrice / Styliste / Blogueuse / Bricoleuse / Tout ce qui me permet d’être créative Super Skillz : Être toujours de bonne humeur, même à 5:00 du matin après 3 réveils nocturnes Addiction : Mon iPhone alias "l'extension de ma main gauche" Escouade : Un Poupouille, une Didinette et un papa qui donne de drôles de surnoms Arme : Les attaques de bisous (et de chatouilles en cas de force majeure) Pouvoir magique : Ma main miraculeuse qui fait disparaître les bobos comme par enchantement Humour : Taquin

Comments

  1. Helene M Says: juin 7, 2017 at 10:40

    Tu écris vraiment bien Joelle. J’aime bien te lire, même si je n’ai pas de poupons 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.